En finir avec les fausses idées liées à la psychologie en ligne ou en cabinet

La psychologie, c'est pour les fous !

Autant commencer par la plus « folle » des fausses idées, celle selon laquelle il faudrait être fou pour consulter un psychologue, alors que c'est précisément le contraire ! La folie a pour effet de troubler le rapport de l'individu avec la réalité, mais aussi avec sa propre condition et maladie. La démarche d'entreprendre volontairement une psychothérapie est donc l'inverse de la folie, mais bien un signe de maturité psychologique suffisamment important pour permettre à l'individu d'avoir conscience de sa condition et ensuite de prendre des décisions en phase avec son bien-être et sa santé.

Ok alors la psychologie, c'est pour les malades !

Non plus ! Pas besoin d'être en surpoids pour faire du sport, pas besoin d'avoir les cheveux en feu pour aller chez le coiffeur, pas besoin d'être malade pour consulter un psychologue. La consultation d'un psychologue peut bien évidemment concerner des personnes malades souhaitant guérir ou atténuer les effets de leur maladie, mais ceci n'implique aucunement que la psychothérapie ne peut concerner que la maladie. D'une manière générale, la consultation d'un psychologue est ouverte à toute personne qui en ressent le besoin (parce que malade, ou parce que désireuse d'améliorer son bien-être), et toute personne qui en ressent le désir (désir d'améliorer son cadre de vie, de mieux se comprendre, d'améliorer sa vie professionnelle, etc). L'atténuation de la souffrance tout comme le maintien ou l'augmentation du bien-être sont donc des raisons également valables de consulter un psychologue.

Un psychologue, c'est payé juste pour vous écouter

Cette idée naît de la caricature du psychanalyste écoutant (somnolent?) derrière vous sans que vous ne le voyiez vu que vous êtes allongé(e) face au plafond. Sachez au contraire qu'un psychologue n'est pas passif durant la thérapie mais s'implique afin de vous interroger, vous donner des exercices, superviser vos évolutions, etc. Le psychologue a pour tâche durant l'entretien de à la fois vous laisser la place requise pour que vous puissiez vous exprimer pleinement sans que cet espace soit « monopolisé » par le psychologue, mais aussi d'intervenir aux moments opportuns afin de vous questionner, d'orienter l'échange sur certains points et ce afin de mettre en lumière les points clés qui permettront à vous et votre thérapeute d'avancer dans la thérapie. 

Je parle tout le temps à ma meilleure amie, pourquoi avoir besoin d'un psy ? 

Sans douter une seule seconde de la pertinence des conseils de votre meilleure amie (et ceci n'est pas ironique), il faut prendre conscience du fait que le métier de meilleure amie n'est pas le métier de psychologue. Non pas que l'un remplace l'autre : (aucun psychologue vous conseillera de ne plus vous confier à vos amis), mais l'un est différent de l'autre. Un psychologue vous offre un espace bien spécifique et unique, dans lequel vous n'êtes pas tenu de surveiller ce que vous voulez dire afin de ne pas vexer ou ne pas trop en dire. Le psychologue sera alors à même d'utiliser cette parole unique que vous lui transmettrez afin de vous apporter des conseils également uniques et professionnels, et ce en se basant sur sa formation universitaire, son expérience ainsi que ses qualités professionnelles. 

Voir son psy, ça coûte trop cher, et ça dure des années !

Bien que 67% des français jugent que le coût d'une consultation est un frein à la thérapie, le tarif est en réalité variable du simple au double suivant les praticiens (et parfois suivant la discipline pratiquée). Une plateforme de psychologie en ligne permet par ailleurs aux praticiens de proposer des tarifs plus accessibles en économisant leurs frais de cabinet. 

Pour ce qui est de la durée de la thérapie, tout dépend en premier lieu de vous et votre psy. Nul n'étant tenu de consulter (sauf conditions légalement prévues), c'est donc le lien thérapeutique que vous entretiendrez avec votre psychologue qui dessinera les limites temporelles de votre psychothérapie. Il est ainsi tout à fait possible dès le premier rendez-vous de demander à votre praticien combien de rendez-vous ou mois seront nécessaires afin de résoudre votre problématique. Notez aussi que la fréquence des consultations dépend elle aussi de vous et votre thérapie : alors que des séances fréquentes peuvent être mises en place en début de thérapie pour résoudre les points fondamentaux et atténuer l'impact des principaux symptômes, cette fréquence peut s'espacer par la suite de sorte que vous ne consultiez votre psychologue qu'occasionnellement, afin de faire des bilans. D'une manière générale, n'oubliez pas qu'une psychothérapie est là pour vous faire du bien à vous, et est là pour s'adapter à vos besoins.

Un psy va vouloir tout savoir sur mon enfance et sur mon papa et ma maman

Non, bien que le cercle familial soit fondamental dans la vie de nombreuses personnes, n'oubliez pas que l'espace de la psychothérapie n'a pas pour but d'être « envahie » par le thérapeute mais a pour but d'offrir au patient la possibilité d'exprimer sa parole, ses besoins et ses questionnements et ce, en fonction de sa propre singularité. Autrement dit : si papa maman n'ont aucun rapport de près ou de loin avec ce qui vous amène à consulter ou avec les objectifs thérapeutiques, alors il est peu probable que votre psychologue souhaite vous pousser à en parler !

Un antidépresseur devrait suffir !

Les antidépresseurs, bien que leur efficacité soit prouvée pour les cas de dépression grave chez l'adulte, doivent être prescrits par des psychiatres, et impliquent un traitement supervisé par un psychiatre. La raison principale qui fait qu'un traitement par antidépresseur ne saurait remplacer un psychologue (mais uniquement compléter le traitement), est qu'un médicament ne vous permettra pas de mieux comprendre ce qui, dans votre vie, peut être mobilisé afin de vous aider à combattre votre mal-être. L'objet de la psychothérapie est de s'intéresser à vos comportements, habitudes, modes de pensées et relations et ce, afin de vous aider à mieux les gérer, mieux les contrôler et mieux les vivre. Une psychothérapie a donc pour but non pas simplement de faire en sorte que votre vie ne vous fasse plus souffrir, mais a pour but que votre vie vous fasse du bien et que vous n'ayez plus besoin d'antidépresseurs afin de la vivre. 

Comment choisir son psychologue ?

Comme vu précédemment, la psychologie est une discipline très large nourrie par de nombreuses sous disciplines. Au cours de la formation du psychologue, celui-ci se spécialise dans un ou des domaines particuliers (psychologie du travail, psychologie clinique, neuropsychologie, psychologie cognitives, etc). Ces formations spécifiques sont alors elles aussi des portes ouvertes à des domaines spécifiques de spécialisations : 

Un psychologue du travail se spécialisera autour des problématiques liées au travail (burnout, risques psychosociaux, stress, etc), alors qu'un neuropsychologue se spécialisera autour de problématiques neuropsychologiques (troubles de l'attention, maladies neurodégénératives, etc).

Il existe donc différents types de psychologues dont les approches diffèrent dans leur manière de traiter la souffrance ou encore d'organiser la thérapie. Toutes ces approches partagent néanmoins des points fondateurs, à savoir un échange entre le patient et son psychologue, un échange basé sur la parole, dans un cadre adéquat, et dans le respect du Code de déontologie des psychologues. 

Il est donc conseillé de choisir son psychologue en fonction de sa formation, son expérience et sa compétence à traiter la problématique pour laquelle vous souhaitez consulter. Mais si vous avez des doutes, sachez qu'après le premier rdv, tout psychologue, dans le cas où la thérapie ne se fera pas avec lui-même, saura vous orienter vers le professionnel le plus adapté à vos besoins. 

Quelles sont les différentes formes de psychothérapie ?

Comme il existe différents courants en psychologie, en découlent différentes formes de psychothérapie. Quatre grandes approches peuvent être distinguées, l'approche cognitivo-comportementale, l'approche psychodynamique, l'approche interpersonnelle, et enfin l'approche systémique. Toutes ces approches ont pour but d'aider l'individu à surmonter la problématique vécue, et ce afin de lui permettre de reprendre le dessus sur ses difficultés. 

La thérapie cognitivo-comportementale

Cette thérapie est centrée sur le présent, sur la manière avec laquelle la problématique avancée par le patient se traduit dans sa vie quotidienne et ce, à travers ces différentes dimensions : la dimension cognitive (quels sont les mécanismes de pensées de l'individu en lien avec sa problématique), comportementale (quels sont les comportements pratiqués par l'individu en lien avec sa problématique) et émotionnelle (quels sont les états émotionnels ressentis par l'individu). Après analyse de la problématique et sa traduction comportementale, cognitive et émotionnelle, différents objectifs et stratégies sont mis en place avec le psychologue afin que l'individu les expérimente dans sa vie quotidienne et ce, avec la supervision et l'évaluation régulière du psychologue. Le but de ces exercices étant de modifier les habitudes comportementales et cognitives identifiées comme génératrices de souffrance. Les thérapies cognitivo-comportementale sont généralement brèves, ou du moins limitée dans le temps. 

Cette thérapie est principalement indiquée pour le traitement des phobies, des TOC (troubles obsessionnels compulsifs), de la dépression, des addictions ou encore des troubles du comportements alimentaire.

La thérapie psychodynamique

Cette thérapie est principalement nourrie par les apports de la psychanalyse freudienne. Elle se fonde donc sur l'association libre, qui est une modalité d'échanges dans laquelle l'individu est invité à exprimer tout ce qui traverse son esprit, en tâchant de ne rien omettre, rien filtrer et rien considérer comme « inutile ». Le but étant, par l'analyse de cette association libre ou encore d'autres matériels tels que les rêves, les symptômes et actes manqués, de mettre en lumière les résistances édifiées par l'individu et qui jouent un rôle fondamental dans le conflit psychique qui l'anime. 

Les thérapies d'inspirations psychanalytiques sont plus conseillées en tant que soutien et développement personnel, qu'en tant que thérapie visant le traitement de symptômes spécifiques. 

La thérapie interpersonnelle

Cette thérapie est récente, mais soutenue par de nombreuses études et notamment l'OMS. Son postulat central est que nombres de problèmes psychiques trouvent leur source dans les difficultés inter-relationnelles de l'individu. La thérapie interpersonnelle propose alors de traiter les difficultés rencontrées par le patient à travers quatre axes différents mais complémentaires : 

  • L'isolement de l'individu et le manque de relations
  • La difficulté à gérer les conflits
  • La difficulté à gérer les transitions de rôles : passage de marié à divorcé, d'employé à licencié, d'en couple à parent, etc...
  • Le deuil

Cette thérapie est principalement conseillée en cas de dépression, troubles bipolaires ou encore pour les troubles alimentaires.

La thérapie systémique

Cette thérapie est souvent utilisée dans le cadre des thérapies familiales, et considère la problématique de l'individu en tant que résultat de l’interaction entre lui et son entourage. L'individu est donc considéré comme partie indissociable de son environnement relationnel.

Quand consulter un psychologue en ligne ou en cabinet ?

Il existe deux réponses à cette question, la première est « quand vous en avez l'envie », la seconde étant « quand vous en ressentez le besoin ». 

Pour ce qui est de l'envie, le désir d'entamer une psychothérapie est une condition en soi suffisante, quelle qu'en soit la raison. 

Pour ce qui est du besoin, la psychothérapie devient nécessaire et indispensable lorsque les états de souffrance deviennent envahissant pour la personne (lorsqu'ils entraînent des états de détresse psychique), et/ou lorsqu'ils impactent la vie de l'individu (sa santé, son entourage, son travail, sa capacité à aimer, etc).

Il est cependant conseillé d'entamer une psychothérapie le plus tôt possible, dès les premiers signes de mal-être ou de difficulté non passagers, et ce afin de « prévenir plutôt que guérir ». Consulter dans les meilleurs délais, c'est éviter une installation puis une aggravation de la maladie, rendant plus difficile toute action ultérieure, et accroissant la souffrance.

Comment se passe une psychothérapie ?

Comment se passe le premier rdv ?

Le premier rendez-vous a pour but de permettre au patient d'exprimer pour la première fois les raisons qui l'amènent à consulter et au psychologue de transmettre au patient les premières grandes lignes du cadre psychothérapeutique qui lui sera proposé par la suite. 

Durant ce premier entretien, le psychologue posera un certain nombres de questions au patient afin de l'aider à exprimer sa problématique et ainsi évaluer la situation du mieux possible et le patient pourra lui aussi, poser des questions au psychologue afin de comprendre le déroulement de la thérapie, son organisation ainsi que ses objectifs.

Et comment se passe la thérapie ?

Le déroulement d'une thérapie dépend grandement de la voie d'approche psychothérapeutique employée par votre praticien, de la problématique qui vous amène à consulter, ainsi que de votre parcours dans la psychothérapie ainsi que dans votre vie (avant la psychothérapie, ainsi qu'à partir de celle-ci). C'est de ces éléments que dépendront des facteurs tels que la fréquence des séances ou encore la durée de la psychothérapie. 

Comme évoqué précédemment, les fondements partagés par toutes les approches psychothérapeutiques résident dans le fait que le psychologue a pour rôle d'accueillir et entendre la souffrance, les questions et difficultés du patient et ce, sans jugement, préjugés, critiques ou rupture du secret professionnel. 

Le psychologue créer un espace dans lequel le patient pourra exprimer librement ses interrogations, et ce tout en garantissant que l'espace soit dédié au patient sans être monopolisé par le psychologue ou toute autre élément. Le psychologue sera néanmoins susceptible d'intervenir activement afin d'aider le patient à mieux comprendre les enjeux de ses difficultés et les manières d'entrevoir un avenir plus en phase avec son bien-être. En usant de questions et reformulations, en proposant au patient des exercices, ou encore en supervisant ses progressions et évolutions, le psychologue aidera le patient à trouver la guérison, le bien-être, ainsi qu'un allègement de sa souffrance. 

Et la psychologie en ligne ?

La psychologie en ligne permet l'utilisation de l'outil internet afin de mettre en relation des patients avec des psychologues. L'outil digital permet de gommer de nombreuses difficultés dans l'accès aux psychologues : la personne n'a plus besoin de se déplacer, la personne peut consulter où elle le souhaite (y compris dans un désert médical, en vacances ou dans sa chambre) et la personne peut bénéficier de tarifs avantageux et accessibles. Vidéo, téléphone ou tchat sont alors des outils permettant aux patients de consulter des psychologues en fonction des particularités de leurs situations et en fonction de leurs besoins.

L'exercice de la psychologie étant encadré par la réglementation légale autour du titre de psychologue, l'exercice de la psychologie en ligne l'est aussi. Le règlement européen RGPD (règlement général sur la protection des données) protège les données des utilisateurs et impose aux plateformes en ligne de les héberger auprès d'hébergeurs agrées pour stocker les données de santé. 

Ces protections permettent ainsi d'édifier des bases solides pour le développement de la psychologie en ligne, celle-ci apparaissant avantageuse pour les patients qui peuvent ainsi consulter des psychologues sans se déplacer, et à tarif accessible. 

Elle permet par ailleurs aux praticiens de développer leur pratique en toute autonomie et liberté, tout en s'affranchissant de la nécessité d'entretenir un cabinet physique afin d’accueillir leurs patients.

La psychologie en ligne est-elle efficace ?

Oui ! Un grand nombre d'études ont démontré l'efficacité de la psychologie en ligne, montrant qu'elle était au moins aussi efficace que la psychothérapie classique en cabinet et ce, en particulier pour le traitement de la dépression. Une méta-analyse (analyse de 92 études concernant 9764 personnes ayant suivi une psychothérapie en ligne) a montré que la psychothérapie en ligne est au moins aussi efficace qu'en face à face.

Différentes explications permettent de comprendre l'efficacité de la psychologie en ligne : 

  • La première condition pour l'efficacité de la psychologie en ligne est garantie : les psychologues en ligne sont tout aussi diplômés que n'importe quel psychologue, précisément parce que l'entité « psychologue en ligne » n'existe pas en soi, il s'agit de psychologues « classiques », diplômés avec la rigueur nécessaire et réglementaire en France, qui consacrent une partie de leur activité aux psychothérapies en ligne.
  • Les personnes qui consultent en ligne se sentent à l'aise à l'idée de consulter à n'importe quelle heure, sans avoir à se déplacer pour cela. 
  • La psychologie en ligne devient une alternative indispensable pour les personnes vivant dans des déserts médicaux, les personnes en déplacement, expatriées, handicapées ou ayant des emplois du temps trop serrés. 

Il convient cependant d'indiquer qu'elle ne saurait être indiquée pour les cas de pathologies nécessitant un suivi psychiatrique ou un traitement pluridisciplinaire (schizophrénie, paranoïa, autisme, démences, cas grave d'Alzheimer et autres maladies neurodégénératives, etc).

 

Voilà, c'est tout pour notre dossier spécial « Consulter un psychologue »  ! Vous pouvez également consulter notre article sur ce qu'est la psychologie ici.

Pour toute question, demande ou réclamation, n'hésitez pas à nous contacter à l'adresse www.psynyou.com/contact.