L’addiction est caractérisée par des envies irrépressibles et répétées de consommer une substance, ou de reproduire un comportement. Ces envies se traduisent de manière compulsive et incontrôlée, et dépassent donc la volonté de l’individu de s’en libérer. En ce sens, l’addiction ne traduit pas une faiblesse chez la personne dite addicte, mais plutôt un dérèglement conduisant à une incapacité à faire valoir sa volonté sur ses envies et impulsions. Les addictions ont donc une incidence néfaste sur la santé physique et psychologique de l’individu, en affectant souvent leur vie professionnelle, amoureuse, sociale ou familiale.

Comment reconnaître une addiction ?

Il existe de nombreux critères qui permettent de repérer les signes d’une addiction :

  • Incapacité à résister à l’envie de passer à l’acte.
  • Le besoin de passer à l’acte dépasse le plaisir de passer à l’acte.
  • Le passage à l’acte semble calmer des tensions et angoisses.
  • Perte de son self contrôle dès le début de la crise.
  • Désir d’augmenter l’intensité des effets produits par la substance ou comportement addictogène.
  • Adoption de comportements à risque en cas d’impossibilité de passer à l’acte (agressivité, dépenses incontrôlées, incivilité).
  • Capacité à être sevré après l’arrêt.

D’une manière générale, la personne doit prendre au sérieux sa consommation si elle observe qu’à cause d’elle, elle vit des répercussions dans sa vie sentimentale, sociale et professionnelle. Une autre façon de savoir si nous nous approchons d’une addiction est de tout simplement arrêter un comportement (arrêter de boire de l’alcool quelques jours par exemple) : si cela ne pose aucun problème particulier, c’est que nous gardons le contrôle par rapport à la substance. Mais si nous ressentons un manque ou l’adoption de comportement compensatoires, c’est que notre relation à la substance ou au comportement est problématique.

Quels sont les types d’addictions ?

Les addictions concernent généralement deux grandes dimensions :

  • Addiction avec substance : écrans, achats, jeux, sexualité, etc.
  • Addiction sans substance : drogues, alcool, tabac, etc.

Addiction à l’alcool

La dépendance à l’alcool, ou alcoolodépendance, concerne 8% de la population française (INSERM).

Être vigilant si la personne :

  • Pense souvent à l’alcool, a une envie irrésistible de boire;
  • Dépasse le seuil de consommation considéré par l’OMS comme limite quotidienne (3 verres d’alcool pour un homme, 2 pour une femme);
  • Prise du premier verre de plus en plus tôt dans la journée;
  • Tentative d’arrêt échouée;
  • Tolérance plus élevée à l’alcool;
  • Mise en danger de soi ou d’autrui;

Addiction aux drogues

Sont considérées comme drogues toute substance psychotrope ou psychoactive qui agit sur le système nerveux et en modifie son fonctionnement.

On peut distinguer 3 types de drogues :

  • Celles qui provoquent un sentiment d’apaisement : alcool, tranquillisants, cannabis,
  • Celles qui provoquent une stimulation : cocaïne, amphétamines, ecstasy,
  • Celles qui provoquent des hallucinations : LSD, champignons hallucinogènes,

Les dangers des drogues dépendent grandement du contexte de sa consommation : âge du consommateur, mode de consommation, fréquence, etc.

Autres addictions

Addictions au sexe, aux jeux d’argent, jeux-vidéos, à certains comportements alimentaires, etc, de nombreuses addictions existent du fait que leur consommation peut activer les mêmes circuits neurophysiologiques que ceux impliqués lors de la consommation de substances addictogènes.

Comment traiter une addiction ?

Le traitement précoce de l’addiction est un processus fondamental afin d’éviter tout risque de développement massif de la dépendance au produit addictogène. Si vous craignez souffrir de dépendance, si certains proches vous signifient s’inquiéter de vos comportements, ou si vous ne souhaitez pas devenir dépendant, alors la consultation de professionnels vous permettra de ne pas passer d’une consommation “normale” à une consommation addictive.

Votre psychologue vous aidera à identifier les comportements et facteurs de risques aggravant et augmentant vos comportements addictifs, et ce à travers 2 dimensions principales :

  • Facteurs de risques quotidiens : habitudes et comportements addictifs, hygiène et mode de vie, relations sociales stimulant l’addiction, comportements à risques, etc.
  • Facteurs de risques profonds : identification des états de mal-êtres profonds que les comportements addictifs vous “permettent” d’oublier : situation d’abandon et de rejet, isolement social, vécu de stress, d’anxiété professionnelle, licenciement, divorce etc. Identification des facteurs neurophysiologiques générant les comportements addictifs.

Votre psychologue vous aidera à travailler sur ces 2 dimensions, tout en évaluant avec vous l’éventuelle nécessité d’un accompagnement secondaire auprès d’un addictologue ou d’une structure dédiée au traitement de l’addiction.

Psy n You vous permet de consulter des psychologues spécialisés dans les comportements addictifs, vous pourrez les consulter via différents médias, à partir de 35€ la séance.