Nous vivons de plus en plus au sein d’une société de consommation, voire de surconsommation, et l'aisance avec laquelle nous achetons fait que, parfois, nous pouvons perdre le plein contrôle de nos achats et comportements de consommation. L'achat compulsif, c’est ce besoin impulsif qu'ont de plus en plus de personnes à effectuer des achats pour accumuler des biens de consommation, sans parfois en connaître les raisons profondes ou en comprendre l’utilité réelle. Nous vous dirons tout à son sujet, comment le reconnaître, ainsi que 7 moyens pour y faire face.

Qu'est-ce qu'un achat compulsif ?

La pulsion constitue une forme de tension, un besoin dans l'urgence qui ne peut demeurer inassouvi, sous peine de générer frustration et insatisfaction. Cette dernière peut pousser certains d'entre nous à acheter pour pouvoir baisser et calmer sa tension. Il s'agît souvent d'articles dont on n'a pas ou peu besoin, mais face auxquels nous perdons aisément le contrôle face aux astuces commerciales : abondance publicitaire particulièrement lors des périodes de fêtes, achats facilités par le paiement en tranches, reprise d'articles usagés, large éventail de produits disponibles en surface ou en ligne… Seule limite qui nous reste au-delà du compte en banque : notre self-control.

Comment reconnaître des achats compulsifs ?

Il faut pour cela se poser les bonnes questions : pourrais-je résister à la tentation d'acheter ? Est-ce que je veux acheter cet article car il est en promotion ou car j'en ai réellement besoin ? A combien de temps remonte mon dernier achat similaire ? Si je n'en fais pas l'acquisition maintenant, pourrais-je le faire après ? J'achète pour me faire plaisir ou pour compenser une perte ou soigner mes états d'âme ? Mon achat pénalise-t-il mes finances ? 

La réponse à ces questions devrait intuitivement et spontanément vous donner un aperçu sur la nature de votre achat. 

Nos conseils pour s'en sortir

Entre le fait d’être tenté par un achat et le fait de passer à l'acte, il y a la motivation, cette dernière est souvent passagère et la moduler constitue un challenge personnel. Voici quelques astuces à adopter :

  1 - Attendre que l'envie s'en aille d'elle-même.

Beaucoup de nos envies sont passagères, il faut alors parfois s'efforcer de leur résister afin de leur donner l’opportunité de partir toutes seules. Faire de l'exercice physique, passer du temps de qualité avec vos proches, cuisiner ou pratiquer de nouveaux loisirs... ce sont des facteurs qui inhibent la soif d'acheter car ils consomment votre capital de motivation. Ces activités détournent de façon efficace notre attention vers quelque-chose de sain et de productif. Ici, il s’agit donc de remplacer des biens par des expériences.

  2 - Une ligne à ne pas franchir.

Conditionner son cerveau à ne pas dépasser un seuil peut s'avérer efficace. Si par exemple, vous fixez un budget pour les achats de noël, vous arriverez à mieux gérer vos dépenses car vous avez une limite à ne pas dépasser, sous peine de ressentir de la culpabilité. Dans cette optique, vous chercherez à discerner l'essentiel du superflu, vous hiérarchiserez vos besoins et ainsi garderez un contrôle rationnel sur votre pulsion. 

  3 - Ne pas tomber dans le panneau

Éviter l'exposition à l’abondance publicitaire n'est pas chose aisée. La publicité est partout : TV, journaux et magazines, affiches et devantures de magasins, elle s'invite même dans notre flux d'actualité sur les réseaux sociaux... Cependant des techniques existent pour y remédier. Vous pouvez limiter l'accès de ces publicités à vos applications smartphone ou installer un bloqueur de pubs sur votre navigateur préféré. Avoir le planning exact des programmes que vous voulez regarder à la télé diminue également votre exposition aux campagnes publicitaires.

Sur les réseaux sociaux, tentez d’éviter tout ce qui vous donne l’envie d’acheter comme les comptes de marques vestimentaires et les pages bon plan shopping. 

  4 - Donner pour ne pas acheter

Participer à des œuvres caritatives et investir son temps à aider ceux qui sont dans le besoin détourne positivement l'attention du cerveau. Aider autrui vous donnera une sensation de bien-être différente de celle procurée par un article acheté. Nous vous invitons à participer à des vide-greniers, faire le tri dans vos affaires et donner ou vendre ce qui ne vous va plus. Vous pouvez aussi redonner vie à vos vêtements et objets oubliés et réparer ou recycler ce qui ne marche plus. Il s’agit aussi de très bonnes façons d'aider la planète en diminuant son empreinte carbone.

  5 - Apprécier ce que l'on possède déjà

Si vous donnez de la valeur à ce que vous avez déjà en votre possession, vous aurez plus de mal à acheter des articles qui remplaceront ceux que vous utilisez toujours. St Augustin disait : “Le bonheur, c’est continuer à désirer ce que l’on possède”.

  6 - Des outils pour vos finances

Éviter les achats inutiles, se fixer des objectifs financiers, réguler et budgétiser des dépenses, prendre conscience de ses habitudes financières et enfin, se libérer de la fièvre acheteuse : tant de points importants rendus facilement réalisables avec l'avènement des applications financières. Il y en a plusieurs, disponibles quelque soit la plate-forme. Gratuites pour la plupart, elles vous aideront à mieux vous gérer et vous organiser financièrement.

7- Consulter un psychologue

Les achats compulsifs peuvent exister pour compenser une problématique psychologique ou une situation de mal-être. Ils sont alors considérés comme une forme d’addiction, même si cette addiction implique souvent une moindre gravité.

Si vous ressentez que vous ne pouvez pas vous passer des achats ou que vous les considérez comme une compensation, le fait de consulter vous apportera un grand bien pour reprendre le contrôle de votre vie. Vous pourrez consulter sur Psy n You des psychologues spécialisés dans la gestion des émotions et des comportements compulsifs, et ce au tarif unique de 35€ la séance. 

Je m'inscris