Les relations émotionnellement violentes ou “toxiques” peuvent avoir un impact conséquent sur un ensemble de dimensions de notre vie : estime et confiance en soi, confiance envers les autres, capacité à gérer le stress, etc. La violence psychologique peut cependant être insidieuse et difficile à évaluer, contrairement à la violence physique qui est plus objective. La première peut s’installer lentement et crée parfois un phénomène d’adaptation chez la personne, qui ne se rend pas compte de sa situation ou qui peut même culpabiliser et se sentir responsable de la violence subie.

La violence psychologique peut se retrouver dans les relations de couple, mais est également présente dans d’autres types de relations, que ce soit entre parents et enfants, entre amis, au travail, etc. Qu’est-ce que la violence émotionnelle ? Et comment savoir si nous vivons une interaction toxique et violente avec une personne ?

Qu’est-ce que la violence émotionnelle ?

Ce terme peut inclure les attaques verbales constantes, l’intimidation, la critique permanente, le harcèlement, ainsi que d’autres interactions plus subtiles telles que la manipulation et la honte. La violence psychologique est utilisée pour contrôler les autres.

Ce phénomène peut arriver lorsque la personne violente souffre elle-même de blessures et traumatismes non résolus du passé. Ces personnes n’ont ainsi pas adopté de mécanismes relationnels sains leur permettant de supporter la frustration, le désaccord ou la résistance de l’autre, et ont au contraire adopté des mécanismes rigides et agressifs afin de s’accorder avec autrui. La violence émotionnelle est donc souvent associée à des troubles de la personnalité tels que le trouble de la personnalité narcissique, borderline, ou antisociale. Les victimes d'abus ne reconnaissent pas toujours l'abus comme une violence à laquelle il faut fuir, et son impact psychologique à long terme peut alors entraîner d’importants traumatismes émotionnels, tels que la dépression, l’anxiété sociale, l’isolement social, l’angoisse de l’abandon et les pertes en estime de soi.

Les signes de la violence émotionnelle 

Reconnaître les signes de la violence émotionnelle dans un couple est le premier pas vers la prise en charge. Ceux-ci peuvent passer inaperçus pendant une longue période. Mais si vous ressentez un ou plusieurs des signes suivants, il est alors important de demander conseils à un(e) psychologue afin de mieux cerner la situation.

L’humiliation

Celle-ci dévalorise la personne et a pour effet de diminuer sa révolte face à la violence. L’individu violent peut vous humilier, essayer de vous dévaloriser, se moquer de vous, même en public. Vous sentez que la personne ignore vos idées, opinions et vos besoins, et vous sentez que vous n’osez plus exister ou vous affirmer en sa présence.

Le contrôle

La personne a tendance à vous traiter comme un enfant et essaie de vous contrôler. Il vous punit pour votre comportement, et vous corrige très souvent. Vous ne pouvez plus sortir ou prendre une décision sans son autorisation, et il vous donne l’impression de vouloir tout diriger dans votre vie, même si cela ne le concerne pas (relation avec vos parents, amis, etc). Il essaie de savoir comment l’argent est dépensé, et gère toutes les finances pour limiter les possibilités que son partenaire devienne indépendant. Cela peut conduire à un malaise émotionnel très important et une perte de l’estime de soi.

Le mépris

La personne dévalorise et dénigre vos objectifs, vos projets, vos réalisations et vos espoirs. Son langage corporel peut être menaçant, ou porte sur vous un regard méprisant et désapprobateur. Il peut aussi vous faire en permanence des remarques tranchantes et blessantes.

La mégalomanie

L’un des caractères marquants de l’individu violent est son incapacité à rire de lui-même et le fait de ne pas supporter que l’on se moque ou qu’on le taquine. Il peut devenir violent face à tout ce qu’il considère comme manque de respect, et peut avoir une conception très large du manque de respect. Il peut également être convaincu qu’il est meilleur que vous sur tous les plans, et vous a souvent indiqué que si vous le quittiez vous ne trouveriez personne comme lui.

Absence d’empathie

La personne ne montre aucun signe de compassion ni d’empathie envers vous, même si vous pleurez. La plupart du temps, il peut être émotionnellement indisponible ou distant.

Déculpabilisation

La personne minimise et nie tous ses comportements abusifs quand vous la confrontez. Il inverse les rôles et se positionne en tant que victime et a tendance à essayer d’embrouiller votre esprit et trouve souvent des moyens de vous culpabiliser.

Possession

La personne ne vous considère pas pour une personne à part entière, indépendante et libre de ses choix, mais plutôt pour une extension d’elle-même, comme sa possession. L’individu vous fait pourtant également comprendre que vous n’êtes pas indispensable, et qu’il peut vous remplacer à tout moment.

Yoyos émotionnels

Il vous est très difficile de prévoir ses comportements et prédire ses états émotionnels. La personne oscille entre phases de distance et agressivité, et phase de rapprochement émotionnels. Vous vous sentez globalement toujours sous tension à espérer qu’elle soit dans un bon jour. 

Faux remords

Quand vous quittez ou menacez de quitter la personne qui exerce cette emprise, elle essaie de vous convaincre de faire machine arrière en vous promettant de changer, en exprimant des remords et des regrets, et ce remord n'apparaît qu’en cas de fuite de votre part.

La pression sexuelle

La personne peut souvent exprimer une forte insistance pour obtenir des rapports sexuels, même si vous ne manifestez pas l’envie pour le faire. Il peut justifier cet abus par «  l’excès d’amour ». Et dans certains cas, il peut menacer de partir et d’aller voir ailleurs s’il n’obtient pas ce qu’il veut.

Pour sortir de cette violence émotionnelle, la première étape est de reconnaître ce qui nous arrive. Il peut arriver que la victime nie ou minimise l’abus, ceci n’est pas une faiblesse ou un quelconque manque d’intelligence : la prise de conscience peut être très douloureuse, car elle implique souvent d’avoir à accepter le fait d’avoir passé des années de notre vie avec une personne violente, ou que nous avons fait d’énormes sacrifices pour elle.

Un psychologue spécialisé dans les problématiques de couple et dans le traitement des relations abusives vous aidera à vous positionner par rapport à vos doutes, vos souffrances, vos angoisses et interrogations. Le psychologue travaillera avec vous pour reconstruire votre confiance et estime de vous-même, et vous permettra de mieux comprendre la situation, mieux agir face à elle, et surtout apprendre à mieux vous protéger dans le présent et dans l’avenir.

Chez Psy n You, nos psychologues en ligne sont disponibles au tarif unique de 35€ la séance, vous pourrez les consulter via différents médias.

Je m'inscris